Qu’elle se le dise.

Je ne veux plus jamais que l’on me brandisse des vérités brillantes comme des poignards dans le dos

Je ne veux plus jamais que l’on me martèle d’un savoir à sens unique & sans issue

Je ne veux plus jamais que l’on m’étourdisse d’interdictions cinglantes

Je ne veux plus jamais que l’on m’empêche de dire ce qui me semble valoir la peine d’être dit

Je ne veux plus jamais que l’on m’ordonne de ne pas bouger

Je ne veux plus jamais encaisser sans comprendre dans quelle caisse on m’enferme

Je ne veux plus jamais que l’on m’incite à la violence

Je ne veux plus jamais que l’on m’oblige à la morsure

Je ne veux plus jamais que l’on m’érige en Reine des Idiotes

Je ne veux plus jamais que l’on me mette plus bas que Terre

Je ne veux plus jamais que l’on me parle comme si j’avais 10 ans & que je ne comprenais rien parce qu’à 10 ans j’étais déjà très maline

Je ne veux plus jamais que l’on se serve de moi, de mon travail, de mes ami(e)s, de ma famille comme d’un rehausseur parce que l’on est bien trop petite pour oser regarder le monde droit dans les yeux

Je ne veux plus jamais que l’on se serve de mes yeux pour regarder le monde

Je ne veux plus jamais que qui-que-ce-soit décide à ma place de ce que pourrait être le bien, de ce que pourrait être le mal

Je ne veux plus jamais que l’on m’empêche de m’endormir, de dormir, de me rendormir

Je ne veux plus jamais qu’on me réveille la nuit, sauf si c’est pour faire l’amour ou partir en vacances

Je ne veux plus jamais que l’on m’aveugle, que l’on me fasse douter, vaciller.

Je veux douter seule. De ma propre volonté.

Je veux vaciller seule. & retrouver seule, mon équilibre.

 

Je ne veux plus jamais que l’on m’aide à être quelqu’un d’autre.

Je ne sais même pas encore qui je suis.

 

(Dessin: Frédéric Malet)

 

21432892_664230517115541_6577434813296808320_n.jpg

Publicités

La vie sans Pop-Corn.

C’est quoi ce cirque, cette bille de clown ?

C’est quoi l’arnaque ?

Ils sont où, les éléphants ?

& le pop-corn ?

Ça ne ressemble à rien, la vie sans pop-corn.

 

Tu m’avais promis des trompettes & de la sciure.

Moi j’ai pris la route pour des trompettes & de la sciure.

 

& puis pour les étoiles aussi.

Pas noires, pour une fois.

Les rouges. Les jaunes. Les qui brillent.

 

Moi j’ai pris la route sans réfléchir parce que tu m’avais promis des éléphants.

& puis des mômes.

Pas à nous, les mômes.

Aux autres.

Ceux qui viennent tous les soirs & qui rient, & qui tremblent, & qui attendent le pop-corn & les trompettes & la sciure.

C’est quoi cette gueule de clown gris ?

C’est quoi ce maïs qui n’explose pas ?
C’est quoi ces clarinettes ?

Cette route qui tourne, ces mômes qui chialent ?

 

Ils sont où, les éléphants ?

IMG_0593.JPG

avoir été.

En partant du plus proche au plus loin

il y a l’homme qui chante si bien si beau si rare

il y a eu la femme tronc sur le balcon regard en Asie au moins peut-être plus

il y a eu l’homme échoué sur son canapé entre packs de flotte de lait de jus de bières

l’homme échoué endormi, toutes lumières allumées, rez-de-chaussée

il y a eu l’autre homme

celui qui écrit avec un stylo chat sur la table 1h du matin

il y a eu la femme assise par terre incapable de retrouver son chemin

appelle son fils pour venir la chercher

pour rentrer chez elle

seulement rentrer

il y a eu l’enfant du premier étage qui demande comment tu t’appelles madame où tu vas madame t’as des enfants madame

il y a eu la police pour savoir si on avait pas trop bu pas trop fêté si on était pas trop fêlé si on avait pas trop sommeil à cette heure quand même pas trop mal à la tête vos papiers parce que bon

il y a eu

 

il y a eu qui

quoi

j’ai un peu oublié

 

faut pas m’en vouloir

il a été l’été

 

IMG_7976.JPG

J’ai appris haine.

Il est toujours temps d’apprendre

 

43 ans & j’ai appris haine

Appris très vite. Malgré jamais été bonne élève.

Malgré très peu mémoire.

Malgré moi.

 

Venu d’un coup.

M’a montré comment faire, & rentré tout de suite.

Pas besoin bachoter, réviser nuit, mettre réveil  5h du matin pour relire notes.

Tout bon dès premier contrôle.

Meilleure élève de classe.

Seule élève

aussi.

 

En apprenant haine, appris autres disciplines comme colère, envie de nuire & besoin frapper.

Connaissais déjà.

Enfin, croyais.

Mais jamais approchée de si près, & fallait absolument remise à niveau pour pouvoir suivre, & pourquoi pas, dépasser maître.

Ça je doute.

Ça je redoute aussi.

 

Sous haine il y a rage.

Ok.

Sous rage il y a colère.

Soit.

Sous colère il y a envie frapper.

Bien.

Sous envie de frapper il y a douleur.

D’accord.

Mais sous couche de haine rage colère envie frapper douleur, il y a

rien.

 

Il est toujours temps d’apprendre

43 ans & j’ai appris haine.

C’est noté.

& voilà que je m’attache à rien plutôt qu’à haine.

Comme ça.

Juste comme ça.

 

IMG_9133.JPG

Mais.

 

Je n’aurais pas dû faire cette photo

Je n’aurais pas dû avoir ce sourire là sur mes lèvres en faisant cette photo

A ce moment précis, à cet endroit là.

 

Je n’ai pas voulu faire ce bruit en touchant le parquet

Je n’ai pas voulu déranger la lumière

Je n’aurais même pas dû être là

 

Traverser ce couloir

Rentrer dans ce château

Pousser la grille du parc

Descendre de la voiture

Faire la route

Mettre la glacière dans le coffre

Faire cuire les œufs

Réveiller les enfants

 

J’aurais dû pleurer beaucoup & faire cuire des nouilles

Fermer les volets & imaginer regarder passer les bateaux

Écouter les gens sur la terrasse en bas

Derrière les volets fermés

En lisant, peut-être.

 

 

Mais

 

 

Toi.

IMG_9134.JPG