Quand on a tout ou presque.

Je n’ai plus grand chose

C’est un petit peu différent de ne plus rien avoir du tout,

mais plus grand chose c’est tellement juste avant plus rien du tout que ça flanque le vertige.

 

Quand on a tout, ou presque, ça peut aussi faire tourner la tête.

C’est grisant jusqu’au point où on ne s’en rend même plus compte.

Qu’on a tout ou presque.

 

Quand on n’a plus grand chose, juste avant de n’avoir plus rien du tout,

on se rattache à ce que l’on a,

on s’accroche,

on devient un terrien avec les pieds dans le vide.

On devient un terrien perché & on attrape le vertige.

Comme ça.

Pouf.

Comme on attraperait un taxi, une maladie, ou une pomme sur un arbre.

 

On se met à espérer que le taxi conduira comme Fangio, que la maladie ne sera pas incurable, que l’on n’est pas Blanche-Neige.

Quand on a les pieds dans le vide, on a aussi la tête ailleurs.

 

Ailleurs que dans le vide, on peut se permettre de se demander où c’est.

 

IMG_8171.JPG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s