L’Ami, l’Amour, la Merveille.

Une année toute entière

& je n’ai toujours pas trouvé le mot

 

Mais je vois bien qu’il est là

Qu’il m’a trouvée, lui

Qu’il fait ce qu’il veut

Qu’il sait exactement où moi je me trouve depuis une année toute entière

Quand je marche, quand je dors, quand je conduis, quand je me lave, quand j’emmène mes enfants à l’école, quand je travaille, quand je mange, quand je change mes draps, quand je me démaquille, quand je fais l’amour, quand je bois un verre, quand je vais sur la côte, quand je prends mon premier café, quand je pleure, quand je sors le chien que je n’ai pas & que je n’aurais jamais, quand j’écris, quand je regarde par la fenêtre, quand je me mets en colère, quand je couche ma fille, quand je dépense l’argent que je n’ai pas & que je n’aurais jamais, quand je me fais les ongles, quand je console mon fils, quand je prends une photographie, quand je suis au théâtre, quand je choisis mes vêtements le matin, quand je cherche du travail que je n’aurais jamais, quand je voyage, quand je nage, quand je désespère, quand j’essaie d’avancer, quand j’observe, quand je joue, quand je fais la fête n’importe comment, quand je bouge les meubles, quand je débouche un siphon, quand j’essuie une tempête, quand j’ai peur, quand j’ai mal, quand j’ai froid.

 

J’ai

Froid

&

Je

N’ai

Toujours

Pas

Trouvé

Le

Mot

( Cette histoire n’est plus à moi, mais à qui en voudra. )

Des arbres se penchent
C´est plus fort, plus fort que tout.
Accrochée aux branches,
L´air me semble encore trop doux.
Dans l´herbe écrasée, à compter mes regrets.
Allumette craquée et tout part en fumée.

Pendant que les champs brûlent
J´attends que mes larmes viennent,
Et quand la plaine ondule
Que jamais rien ne m´atteigne…

Ce soir-là on s´est embrassés sans se parler.
Autour de nous, le monde aurait pu s´écrouler.
Les yeux cernés, des poussières dans les cheveux.
Au long de mes jambes, la caresse du feu.

Pendant que les champs brûlent
J´attends que mes larmes viennent,
Et quand la plaine ondule

Que jamais rien ne m´atteigne.

 

(On regrette les cheminées & les chiens qui aboient)

On se surprend à aimer la pluie à 43 ans & demie

& demie

(On s’autorise à penser remettre une bûche dans le feu)

A vouloir avoir chaud à nouveau

A dormir nue

 

Une seule fois, malheureux.

 

Time after time
If you fall, I will catch you, I’ll be waiting
Time after time
After my picture fades and darkness has turned to gray
Watching through windows, you’re wondering if I’m okay
Secrets stolen
From deep inside
The drum beats out of time

Le mot

S’est mélangé à des souvenirs de mots

Le souvenir n’est plus qu’un petit tas de terre

L’Ami, l’Amour, la Merveille

 

To me
Coming from you
Friend is a four letter word
End is the only part of the word
That I heard
Call me morbid or absurd
But

To me
Coming from you
Friend is a four letter word
To me
Coming from you
Friend is a four letter word
End is the only part of the word
That I heard
Call me morbid or absurd
But

To me
Coming from you
Friend is a four letter word
When I go fishing
for the words
I am…

 

n’est plus ici on m’a dit

Bien sûr que si

J’ai répondu.

Bien sûr que si.

IMG_5679.JPG

Publicités

2 réflexions sur “L’Ami, l’Amour, la Merveille.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s